Un programme transcriptionnel conservé pour les lymphocytes MAIT au cours de l’évolution

L'équipe interactions Hôte-Microbiote, dirigée par Francois Legoux, publie l'article "A conserved transcriptional program for MAIT cells across mammalian evolution" dans Journal of Experimental Medicine.

Les lymphocytes MAIT (Mucosal Associated Invariant T) sont des cellules T à fort intérêt thérapeutique du fait de leur grande abondance chez l’humain et leur modification dans de nombreuses pathologies, mais leur role reste mal compris.

Le récepteur à l’antigène des lymphocytes MAIT et la molécule présentatrice d’antigènes, MR1, sont conservés chez les mammifères, suggérant des fonctions importantes. Cependant, les programmes fonctionnels des MAIT humaines et murines semblent distincts, et le degré de conservation d’un éventuel program ‘MAIT’ entre espèces reste à établir. Identifier les propriétés des MAIT qui sont conservées entre espèces aiderait à mieux comprendre leur rôle au cours de l’évolution. 

Ici, nous utilisons des tétramères MR1 spécifiques d’espèces, couplés à une approche de séquençage en cellules uniques, pour caractériser le développement des lymphocytes MAIT dans 6 espèces couvrant 110 millions d’années d’évolution. Nos analyses révèlent une séquence d’événements conservés marquant la maturation des MAIT dans le thymus de toutes les espèces. Les MAIT chez l’humain, le mouton, la vache et l’opossum acquièrent un programme unique, reflétant des propriétés ancestrales.

Par contraste, la différentiation thymique  conduit à deux sous-populations distinctes chez les rongeurs, y  compris chez les souris élevées hors laboratoire et les souris génétiquement diverses. Mais nous montrons que les MAITs poursuivent leur maturation dans les intestins des souris, pour exprimer un programme remarquablement conservé chez toutes les espèces et caractérisé par la co-expression de gènes de cytotoxicité et de réparation tissulaire. L’étude offre une vue unifiée des propriétés transcriptionnelles des lymphocytes MAIT à travers l’évolution et suggère un role majeur dans les intestins.

 


   Bugaut et al, J. Exp. Med. 2024. A conserved transcriptional program for MAIT cells across mammalian evolution. https://doi.org/10.1084/jem.20231487