Gliome

Le gliome est une tumeur primitive du système nerveux central. Elle concerne le tissu nerveux interstitiel et les types cellulaires de ce tissu (astrocytes, oligodendrocytes, épendymocytes, cellules choroïdiennes etc.). En fonction des types cellulaires touchés, repérables à l’analyse histologique, plusieurs types de gliomes sont décrits. De plus, plusieurs grades de I à IV, identifiés chez l’homme et moins bien définis chez le chien, permettent aussi de les classer selon leur gravité.

Dans l’espèce canine, les Boxers et autres races brachycéphales (à nez court), comme le Bouledogue français, anglais, le Boston Terrier, le Dogue de Bordeaux… présentent une nette prédisposition pour ce type de tumeurs.

Les signes cliniques neurologiques permettant la suspicion de tumeur cérébrale sont dus à la fois à la localisation de la tumeur, et secondairement, à la compression exercée par la masse tumorale sur le reste du tissu cérébral (hypertension intracrânienne).

Chez l’homme, le pronostic de ces tumeurs (on en distingue plusieurs sur le plan histologique) est très réservé et les traitements sont peu efficaces. De nouveaux essais thérapeutiques sont en cours mais à ce jour peu de données sont disponibles sur les origines génétiques de ces tumeurs. Pourtant, des variants génétiques communs à plusieurs cancers dont le gliome ont été identifiés.

Des projets multicentriques de recherche de gènes de prédisposition sont en cours, mais ceux-ci restent difficiles à mettre en évidence dans une population hétérogène comme l’homme.

Chez le chien, très peu de recherches génétiques ont été réalisées à ce jour, mais la prédisposition raciale des brachycéphales et la « ressemblance histologique » entre les gliomes humains et canins en font un modèle tout à fait intéressant pour identifier des gènes de prédisposition et la cascade d’évènements précoce conduisant à la tumeur. Ainsi plusieurs études considèrent le chien comme un modèle spontané particulièrement intéressant sur le plan immunologique et génétique.

Le projet de recherche génétique sur les gliomes du chien a donc pour but :

  • l’identification de gènes de prédisposition chez le chien, ce qui permettra, à terme, d’envisager des tests prédictifs.
  • le transfert des connaissances acquises aux gliomes correspondants chez l’homme, afin de mieux en comprendre la genèse et de prévoir, le cas échéant, des moyens thérapeutiques ciblés.

Ce projet, comme les autres, fait appel aux vétérinaires spécialistes, aux clubs, éleveurs, propriétaires, soucieux de faire avancer la recherche dans ce domaine, qui acceptent de participer au projet.

Pour participer à ces travaux de recherche, veuillez nous faire parvenir :

  • un prélèvement sanguin sur tube EDTA de chiens de races brachycéphales (et autres) atteints de gliome, ainsi que de chiens âgés non atteints de cancers qui servent de témoins
  • un questionnaire clinique rempli pour chaque chien atteint
  • une photocopie du pedigree ou de l’information des parents (si possible et si disponible)
  • une photocopie des résultats cliniques ou d’analyse histologique ou d’imagerie
En cas de biopsie de la tumeur, de chirurgie ou de décès du chien, pourriez-vous prélever des échantillons tumoraux (et non tumoraux, si autopsie) dans des milieux spécifiques pour des analyses complémentaires (tubes fournis par nos soins, sur demande). Dans ce cas, il faudrait nous prévenir (tél. : 02 23 23 45 09) rapidement ou idéalement avant, pour que nous indiquions à vous ou votre vétérinaire la procédure à suivre.
Nous rappelons que les données recueillies au CNRS restent confidentielles.
Pour plus d’informations, vous pouvez contacter notre équipe par téléphone au 02 23 23 45 09 ou par mail  cani-dnaatuniv-rennes1 [dot] fr ()